Retour en arrière
Andy
Pierre Paulin

Pour être un grand classique, Andy n’en porte pas moins l’empreinte de Pierre Paulin.
Réinterprétant en 1962 le canapé de Florence Knoll (1954), il en adoucit tous les contours, en diminue le nombre de capitons pour éliminer le sévère matelassage en carrés, fait disparaître la structure en métal qui souligne tout le pourtour de sa base en ne gardant que les quatre pieds : bref, il dessine un nouveau canapé domestique, sensuel et raffiné. Et précieux raffinement, il fait remonter les pieds en acier chromé à l’intérieur des accoudoirs, à l’avant et à l’arrière. Geste aussi élégant vue de face que de dos, cette insertion du pied dans l’accoudoir suppose une couture et une tapisserie des plus rigoureuses pour un rendu parfait.

Ce produit vous intéresse ?
Contactez-nous